L’une des missions de l’UNIF est d’assurer une vigilance concernant l’impact environnemental des actions qu’elle porte, tout particulièrement dans le cadre de la sobriété numérique.
A cet égard, l’UNIF porte notamment le Datacentre de l’Île-de-France pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche, permettant d’optimiser le parc des infrastructures des systèmes d’information et de les héberger dans un espace dont le PUE en charge (énergie totale consommée par le site/ énergie affecté exclusivement aux équipement informatiques) est à 1,3, organisé autour de couloirs froids et qui bénéficie d’une climatisation adiabatique, très sobre en énergie.

L’UNIF, grâce au soutien de la Région Île-de-France, de la Caisse des dépôts/Banque des Territoires et du MESRI, a conçu un portail SaaS, DataKairos, permettant d’évaluer l’impact carbone de l’hébergement des systèmes d’information dans les établissements et de le comparer avec un hébergement cible, en Datacenter labellisé par le MESRI. De plus, dans un esprit pédagogique, l’outil permet de comparer cet impact avec des équivalents plus signifiants tels que, Aller-retours Paris New-York, nombre de km en voiture, chauffage d’une maison, etc.

En complément de ces actions, dans le cadre du choix des appareils informatiques ou numériques, l’UNIF recommande l’utilisation de l’outil EcoDiag, développé par EcoInfo et de suivre la démarche de Labos1point5, dont vous trouverez les descriptions résumées ci-dessous.

EcoInfo a pour objectif d’agir pour réduire les impacts (négatifs) environnementaux et sociétaux des TICs (Technologies de l’Information et de la communication). EcoInfo souhaite ainsi vous accompagner dans l’action et même s’il est difficile de donner des conseils définitifs et absolus, nous allons voir ensemble comment il est possible d’agir suivant différents axes pour réduire les impacts des TICs sur notre environnement et appliquer ainsi une forme de sobriété numérique par des comportements et des choix éco responsables (qui tiennent compte des impacts environnementaux du numérique en cherchant à les minimiser).

Le collectif Labos 1point5 a été fondé avec la volonté d’emmener l’ensemble de la communauté de recherche française dans une démarche de transformation axée sur la réduction de son empreinte environnementale.

Dès sa création, le collectif a été pensé comme un espace à la fois scientifique et réflexif. L’évolution des activités de recherche vers des pratiques bas carbone y est considérée comme une question de recherche à part entière, permettant de produire une méthodologie d’analyse et des connaissances. En s’appuyant sur cette démarche, les laboratoires peuvent se saisir des problématiques et eux-même mettre en oeuvre des solutions.
Ce travail collectif permet également d’entamer des discussions avec les institutions pour la mise en oeuvre de solutions à plus grande échelle. Par ailleurs, un des objectifs de la démarche initiée dans Labos 1point5 est d’articuler les échelles locales, celle des laboratoires, et nationale, i.e., celle de la communauté de recherche française.